chantal_calatayud

A lire : les livres et quelques articles
de Chantal Calatayud,
psychanalyste, didactitienne analytique,
auteur,
parus dans Psychanalyse magazine.

ouvrages-publications-chantal-calatayud-directrice-institut-psychanalyse-ifpa

 

  « Mon mari est mythomane »  
 


Nous sommes la risée de la famille et de nos amis car mon mari est mythomane. Simple agent technique dans une grosse société, il raconte qu’il est ingénieur électronicien. Il a hérité d’un modeste studio à Menton, il parle de son loft à Monaco. Il achète tous ses vêtements en soldes et se targue de « dévaliser » les commerçants en tout début de saison… Je n’en peux plus et le ridicule de cette situation, qui s’aggrave depuis quelque temps, pourrait finir par me tuer…

Roselyne B. – 83420 La Croix Balmer

La réponse du psychanalyste

Il est certain que l’état mythomaniaque de votre mari vous fait utiliser une énergie phénoménale par la tension qu’il génère (et l’attention qu’il convoque) dans la mesure où vous redoutez qu’il s’exprime en public. La mythomanie concerne un état pathologique, identifié au tout début du XXème siècle (en 1905 plus précisément) par Dupré, état qui consiste à transformer la réalité, dans le but d’une recherche de reconnaissance de l’entourage ; cette quête récurrente peut s’étayer sur une auto-surévaluation ou, à l’inverse, sur une plainte mais qui se veut miroir d’une sorte de puissance intrinsèque à tenir le coup face à des situations difficiles. Ainsi le mythomane abrite-t-il un pitoyable Tartarin… Cependant, et comme vous le comprenez, il n’est pas question de banaliser ce type de comportement qui est, quoi qu’il en soit, le signe d’un déséquilibre. Dans des troubles plus graves, on trouve d’ailleurs des récits psychotiques construits sur fond de complexe du Sauveur ! Il existe, chez le mythomane, l’existence de deux personnalités clivées et c’est en ce sens que ce dysfonctionnement entraîne des perturbations très grandes dans l’entourage du malade. Autrement formulé, comment vous protéger en l’absence d’une possible prise en charge psychanalytique de votre mari ? Dans un premier temps, n’hésitez pas, lorsque vous êtes seuls, à lui parler de vos propres failles, de vos difficultés personnelles, de vos limites dans le quotidien (nous en avons tous beaucoup !) et n’hésitez pas aussi à lui demander conseil… Tout simplement pour lui faire prendre conscience de ses propres incapacités car, à un moment ou à un autre, il se trouvera bien embarrassé pour vous répondre. Adoptez cette attitude sur quelques semaines régulièrement et, si vous avez l’impression que ses suggestions sont coupées de la réalité, et si vous constatez que la situation ne s’améliore pas, il sera raisonnable alors de consulter vous-même un psychanalyste. Optez plutôt pour cette spécialité qui travaille essentiellement sur les productions fantasmatiques car, de toute façon, nous savons depuis Freud que les névroses s’attirent et se complètent. Il est une certitude que vous-même avez quelques complexes à liquider qui, tant qu’ils sont là, ne peuvent qu’alimenter ce rapport de couple dominant-dominé. À vous, dès maintenant, de décider de ne pas nourrir inconsciemment les scenarii fantasmatiques de votre mari puisqu’on peut toujours, sans le vouloir consciemment, encourager l’autre à être notre bourreau…

 

 

> Lire d'autres articles